Accueil > Divers (et d’été) > La prévision des taux d’intéret > Prévision des taux - Lire le document en ligne

Prévision des taux - Lire le document en ligne

lundi 18 juin 2007, par Paul Courbis

Taux - page 031 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre 2 : Théories classiques de la formation des taux d Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre 3 : Taux d

Chapitre 2 : Théories classiques de la formation des taux d'intért

(c) Courbis www.courbis.fr   Chapitre 2 : The'ories classiques de la formation des taux d'inte're^t Taux a` terme et taux futurs 31 I) La the'orie des anticipations  Cette the'orie suppose que les marche's sont parfaits (c'est a` dire en particulier sans cou^t de transaction et sans cou^t d'information) et que les intervenants re'alisent des ope'rations d'arbitrages entre les taux longs et taux courts quand ils ne correspondent pas a` leurs propres anticipations des taux futurs (par exemple si le taux a` terme implicite pour un mois dans un mois est plus faible que son anticipation du taux futur pour un mois dans un mois, un intervenant va re'aliser une ope'ration d'emprunt a` terme pour un mois dans un mois, qu'il couvrira dans un mois au comptant, pour un taux qui, d'apre`s lui, sera moindre, ce qui lui assurera un gain sans mise initiale).  La the'orie suppose en outre que les ope'rateurs soient indiffe'rents aux risques et re'alisent des anticipations rationnelles des taux futurs.  Friedrich A. Lutz postule donc que les taux a` terme implicites (calcule's comme nous l'avons vu dans le premier chapitre de cette e'tude) sont e'gaux aux taux futurs anticipe's par le marche'.  Si cette e'galite' n'e'tait pas ve'rifie'e, un arbitrage permettrait la re'alisation de gains certains ce qui serait incompatible avec l'e'quilibre du marche' financier.  Cette hypothe`se suppose donc que les taux futurs sont connus avec certitude et que les ope'rateurs sont indiffe'rents au risque.  En outre, elle implique que les taux a` terme implicites seraient des estimateurs non biaise's des taux futurs (c'est a` dire que l'espe'rance mathe'matique de la variable, ici un taux a` terme implicite, est e'gale au parame`tre a` estimer, c'est a` dire ici, le taux futur correspondant). Elle
Section prcdente : Chapitre 2 : Théories classiques de la formation des taux d Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre 3 : Taux d
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :