Accueil > Divers (et d’été) > Dossiers > Résolution de Google maps / Google Earth

Résolution de Google maps / Google Earth

jeudi 6 juillet 2006, par Paul Courbis

Après les annonces fantasmatiques du géoportail et de sa fabuleuse résolution de 50 cm / pixel, je me suis posée la question « et Google ? ». Voici la réponse...

Méthodologie

J’ai téléchargé via Google maps des images de la tour Eiffel à sa plus haute résolution.

Après assemblage (merci wget et ImageMagick), cela a donné ceci :


(en cliquant sur l’image, vous obtiendrez la version complète : attention plus de 6 Mo !)

Ensuite, en faisant une rotation de 45° environ :


(en cliquant sur l’image, vous obtiendrez la version complète : attention plus de 12 Mo !)

Puis en se rappelant que la tour Eiffel fait 125 m de côté, on peut constater :


(en cliquant sur l’image, vous obtiendrez la version complète : attention plus de 4 Mo !)

Le dit côté fait 2527 pixels de côté sur l’image Google, cela donne un « pixel Google » à 5 cm !

Comparé aux « fabuleux » 50 cm du Géoportail et sachant que l’image a été prise par un satellite (alors que l’IGN l’a fait depuis un avion), ca fait rêver...

Il faut cependant reconnaître que ceci n’est valable que pour certaines zones (Paris et banlieu, grandes villes...) alors que la réolution du Géoportail est homogène sur toute la France.

Messages

  • Desole de te decevoir mais cette photo a été prise depuis un avion volant a basse altitude, le satellite Quick Bird le plus performant actuellement a une resolution de 61cm par pixel en mode panchromatique.

  • L’image intiale semble déjà interpolée, non ? Genre de zoom numérique...

  • Pas si simple... Google Earth utilise une mosaïque d’images de sources différentes (différents modes d’acquisition). Ca se voit très bien quand on regarde une région de loin, on peut constater qu’il y a des pavés de teintes et de résolutions différentes.

    On le voit aussi en regardant, en bas de l’image, la ligne des « crédits ». En zoomant sur l’Ile de France, on voit d’abord SpotImages ; puis, de plus près, on passe à « The GeoInformation Group » et « Europa Technologies ».

    Quand on demande gentiment, google indique que le « geoinformation group » habite à http://www.citiesrevealed.com/compa... , et il offre de l’imagerie assez variée, satellite ou aéroportée selon les endroits. En l’occurence, il semble bien qu’il s’agisse du produit « Cities revealed », qui est de l’imagerie aéroportée avec une résolution de « 25 cm or better », cohérente avec l’estimation de 15 cm faite ici. Europa technologies fournit (d’après leur site web) les données SIG vectorielles (routes, nom des villes, etc).

    Ici, la déformation de la Tour (regardez comme son sommet est décalé vers le Nord, au lieu d’être au milieu entre les 4 pieds) montre que l’image a été prise de façon assez oblique, donc probablement pas d’une latitude très élevée (vu d’un satellite ou même d’un avion à haute altitude, le sol est perpendicuaire à la ligne de vue).

    Dans d’autres zones, il y a d’autres sources de données. Vous vous en convaincrez en allant regarder, par exemple, Orléans ; là, même en zoomant très fort, on reste dans des images « CNES/SpotImages », donc de l’imagerie satellite. La résolution est moins bonne — à vue de nez, 2-3 mètres par pixel, ce qui correspond aux specs publiées par SPOT.

    Le dernier point, c’est que GE interpole les images ; on le voit bien si on zoome très fort : passé le point où la résolution est « optimale », l’image redevient floue. Pour la Tour Eiffel par exemple, l’interpolation commence à se voir pour une « eye altitude » inférieure à 200 m. Si vous zoomez fort sur une zone unie (par exemple le goudron, j’ai sous les yeux le trottoir au SE de la Tour, entre la queue près du pillier et le monospace noir, eye altitude 68 m), on commence à voir un « quadrillage » régulier, qui sauf erreur trahit des approximations de traitement d’image ... il y a sûrement des gens plus compétents que moi sur la question. Ce qui fait qu’on n’arrive jamais à vraiment voir le pixel !

    JF

    • Tout à fait d’accord avec l’origine de l’image : avion et non satellite.
      La résolution n’est pas tout. En théorie certains satellites militaires peuvent atteindre de l’ordre de 15cm (suffit de mettre un gros objectif...), en pratique cette résolution sera le plus souvent inutilisable à cause de l’opacité naturelle de la couche atmosphérique. Pour info en Europe de l’Ouest (Paris...) les taux d’humidité sont tels que même à 1m l’image est passablement détériorée vue d’un satellite, et doit être retraitée (ce qui améliore l’aspect mais peut créer des artifacts).
      Dans un désert c’est autre chose... on peut faire mieux qu’à Paris. Faudrait prendre la Tour Eiffel demi-portion de Las Végas.
      Par contre, pour rappel même un satellite civil ou militaire peut (et généralement a) un angle d’image par rapport à la verticale. C’est même très souhaitable pour mesurer la hauteur des bâtiments (besoin surtout militaire, mais pas seulement), ou bien pour fabriquer une image stereo à partir de deux prises de vues d’angles opposés. La « non verticalité » de l’image n’est donc pas la preuve.

    • Bonjour,
      après quelque recherche la photo de l’île de france présente dans google maps et earth à été prise d’avion et par la société interatlas.
      Je suis allé sur un de leur site (parisvudavion.com) et la photo 2002 peut être affichée jusqu’a une échelle de 1/500e ce qui fait un pixel à 12,5 cm normalement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :