Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 013 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre premier Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre II

Chapitre premier

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  11  -- Tu ne vois rien du tout, bougonna Alain. C 'estencore plus chiant que tu ne peux l 'imaginer... Et en plus c,a ne servira jamais a` personne !-- Allez courage, si tu te fais oublier, tu finiras certainement par avoir une autre promotion ... Unretour au service action, par exemple.  -- J'espe`re...-- On di^ne ensemble un de ces soirs ? -- Pourquoi pas ? Voyons, nous sommes mardi. Cesoir, c'est un peu to^t. Demain ? -- De'sole', j'ai trop de boulot : mon agenda affichecomplet jusqu'a` jeudi inclus. -- Lundi prochain, c,a te va ?-- C,a me va ! Tu n'as toujours pas de voiture ? -- Non, je n 'ai pas chang e'  d'avis : il faut  e^trecomple`tement fou pour se balader en caisse dans Paris !-- J'ai compris ! Je passerai te chercher vers six heures lundi prochain. C,a marche ?-- C,a marche ! A` lundi.  Alain raccrocha le t e'le'phone d 'un air pensif : il sereme'morait les  e've'nements qui avaient motiv e' sa mutation et se disait qu 'il aurait mieux fait des'e'craser  a`  l'e'poque... Mais au fond de lui-m e^me il savait bien qu'il ne pourrait jamais laisser tomber uneaffaire.  Il leva la t e^te vers la pendule qui lui faisait face :elle indiquait six heures vingt. Baissant les yeux sur sa feuille, il se demanda s 'il allait terminer sonrapport ou en remettre l 'ache`vement au lendemain. Finalement, il haussa les e'paules et murmura pour lui-me^me :  -- On m'a reproche' mes exce`s de ze`le ? Bien...Il rangea pos e'ment ses affaires, stylo, crayon, gomme et autres ustensiles de rond de cuir, d 'un airun peu absent, regardant avec nostalgie son arme de service qui dormait au fond du tiroir. Apr e`s quelquehe'sitation, il se de'cida a` la prendre, 'au cas ou`'...
Section prcdente : Chapitre premier Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre II
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :