Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 021 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre premier Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre II

Chapitre premier

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  19  Biento^t il vit le meurtrier : celui-ci  e'tait  a` unecinquantaine de me`tres de lui.  L'homme arrivait en vue de la station : il aperc,ut lesuniformes des agents qui l'y attendaient et s'arre^ta. Se retournant, il vit Alain qui se rapprochait de lui au pasde course et brandit une arme qu 'il pointa dans sa direction.Alain n 'eut que le temps de se jeter au sol pour e'viter les balles. Il sortit son propre revolver enbe'nissant le ciel d 'avoir eu l 'ide'e de le prendre, tira un coup de semonce et tenta d 'ajuster le meurtrier.Celui-ci se r e'fugia dans une niche du tunnel d 'ou` il continua son tir. Alain ne pouvait rien faire et d e'cidade laisser l'autre e'puiser ses munitions...  Biento^t le feu diminua d 'intensite'. Un dernier coupretentit, e'trangement assourdi, puis ce fut le silence le plus absolu. Alain attendit un moment et se releva,pointant son arme dans la direction du fuyard. Il se dirigea a` pas compte's vers la niche d'ou` e'taient venusles coups. Il marchait lentement, restant aux aguets des  e'ventuels mouvements de l 'homme qu 'ilpoursuivait.  Mais celui-ci  e'tait e'tendu sur le sol, inanim e'. Alainse rapprocha prudemment et constata que l 'homme e'tait mort : le 7.65 qu 'il tenait crisp e' dans sa maindroite et l 'impact d'une balle tir e'e a` bout portant sur sa tempe, du me^me co^te', attestaient qu'il avait pre'fe're'le repos e'ternel a` l'arrestation...  L'homme portait un complet anthracite d e'mode' etdes chaussures de ville, macul e'es de boue, dont les semelles lisses avaient d u^ rendre difficile sa marchedans le tunnel.  Alain se mit  a` le fouiller et fut surpris de le trouvermouille' : l'homme e'tait trempe' jusqu'a` la taille ce qui ne lui facilita pas la t a^che. Toutes ses poches  e'taientvides,  a`  l'exception de l 'une d 'entre elles qui contenait un petit disque de m e'tal blanc. Alain leglissa machinalement dans sa poche. Il allait
Section prcdente : Chapitre premier Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre II
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :