Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 033 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre II Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre III

Chapitre II

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  31  Alain fit demi-tour et repartit en direction de lastation. Cette fois-l a`, il dut s 'abriter pendant le passage d 'une rame. Le chef de station ne lui avaitpas menti : le train causait une v e'ritable tempe^te dans le tunnel et il dut attendre que le dernier wagon se soitsuffisamment  e'loigne' avant de pouvoir reprendre sa progression.Quelques minutes plus tard, il gravissait  a` nouveau le petit escalier me'tallique. E'videmment, il e'tait sur lemauvais quai ! Il he'sita un instant a` redescendre sur la voie pour la traverser, mais, pr e'fe'rant ne pas se faireremarquer d 'avantage, il se d e'cida finalement  a` emprunter un d e'dale de couloirs sinueux quil'amene`rent sur le bon quai, direction Robinson-Saint Remy les Chevreuses. L a`, il attendit le RER suivantqu'il quitta  a` Denfert pour prendre le m e'tro vers Charles de Gaulle-E'toile.Apre`s avoir parcouru d 'un pas press e' les quelques deux cent m e`tres qui s e'paraient la stationMontparnasse-Bienvenu'e de son commissariat, il s'engouffra dans l 'escalier m e'tallique, sans m e^meprendre le temps de boire son cafe' habituel.  Il jeta sa veste en direction du portemanteau, o u` elleresta un instant suspendue avant de glisser doucement et de tomber  a` terre. Alain, qui s 'e'tait d e'ja` assis,regarda la chute en jurant entre ses dents. Il haussa les e'paules et ne prit pas la peine de se lever pour aller laramasser. Il d e'crocha le t e'le'phone et composa le 53- 28. Son chef r e'pondit d e`s la premi e`re sonnerie et sepre'senta. Su^r et certain d'e^tre reconnu, Alain le salua :  -- Bonjour Chef.-- Bonjour Montfranc. J 'attendais votre coup de te'le'phone. Vous arrivez bien tard  a` ce qu 'il mesemble...  -- Je suis pass e' enqu e^ter sur l 'affaire d 'hier soir.Figurez-vous que... Alain n'eut pas le temps de finir sa phrase :-- Du calme ! De toutes mani e`res vous n 'e^tes pas
Section prcdente : Chapitre II Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre III
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :