Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 049 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre III Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IV

Chapitre III

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  47  cheminait dans les  e'troits boyaux souterrains. Bless e'et poursuivi !  Il remarqua aussi le dessin particulier de certainesempreintes de pas : peu profondes et lisses. Alain se souvint que l 'homme portait des chaussures de villesaux semelles correspondantes.  Il d e'cida de les suivre pour v e'rifier qu 'ellesconduisaient bien au tunnel du RER o u` avait eu lieu l'assassinat : elles le men e`rent jusqu 'a` un puitss'ouvrant a` droite du tunnel. Il semblait profond.  Alain l'e'claira et vit de l 'eau qui miroitait au fond.Relevant sa lampe il s 'aperc,ut que des encoches e'taient creuse'es dans la paroi. Elles comportaient destraces de boue m e^le'e de sang et ne se prolongeaient pas vers le bas. Mais le puits n 'e'tait pas sans issue : ilcontinuait vers le haut...  Repassant a` nouveau la courroie de sa lampe autourde son cou, il s 'engagea sur ces marches de pierre, un peu effray e' par le vide noir et insondable qui setrouvait en dessous de lui. Il ne put progresser longtemps car au bout de deux m e`tres il se retrouvaau sommet du puits.  Devant lui s'ouvrait une nouvelle galerie. Il l'e'clairaet constata qu 'il ne pourrait aller beaucoup plus loin, le passage  e'tant obstrue' par un mur de moellons auxjoints de ciment encore mous...  Selon toute vraisemblance, il se trouvait contre letunnel du RER,  a`  l'endroit o u` les ouvriers avaient travaille' la nuit pr e'ce'dente. Comme pour confirmerses pens e'es, il sentit le grondement d 'un train qui passait tout pre`s de lui...Il redescendit les e'chelons de pierre et retrouva avec soulagement la s e'curite' toute relative de la galerieprincipale. Tout concordait : le meurtrier  e'tait bien passe' par les carrie`res. Mais d'ou` venait-il ? C'e'tait lanouvelle question qui trottait dans l'esprit d'Alain.  Il revint jusqu 'au carrefour o u` il avait commenc e' a`apercevoir les empreintes. L 'homme pouvait  e^tre
Section prcdente : Chapitre III Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IV
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :