Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 051 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre III Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IV

Chapitre III

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  49  avoir remarqu e' les traces des ouvriers qui avaiente'difie' la paroi, mais se dit qu 'ils avaient pu venir par l'autre co^te'.Il passa la main sur le ciment et le trouva encore frais. Il sortit le levier de son sac et commen c,a  a`enlever les joints des parpaings gris a^tres qui composaient le mur.Une vibration sourde naquit au-dessus de sa t e^te. Il pensa qu'un autre train passait mais le grondement necessa pas de s 'intensifier et il vit que la vo u^te se fendillait. Il s'e'carta vivement de quelques pas tout encontinuant a` scruter le haut de la galerie...  La te^te d'une foreuse de'boucha dans le passage puisremonta rapidement. Alain s'approcha de l'orifice qui venait d'e^tre perce'. L'ouverture faisait une dizaine decentime`tres de diam e`tre. Il regarda prudemment  a` l'inte'rieur et vit la lumi e`re du jour, une vingtaine deme`tres plus haut.  Il allait crier aux ouvriers se trouvant en surface defaire attention, lorsque la lumi e`re disparut. Il s'e'carta, me'fiant, et bien lui en prit : quelques secondes plustard un flot de b e'ton liquide commen c,a  a`  de'ferler dans la galerie.Alain se pressa vers le puits de service par lequel il e'tait venu. Il avait de plus en plus de mal  a` progressercar le b e'ton ne cessait de monter. Lorsqu 'il parvint  a` l'e'chelle m e'tallique, il en avait jusqu 'aux genoux etne pouvait presque plus avancer...  Il prit appui sur les  e'chelons pour s 'extraire dumagma gris a^tre et se hissa avec peine. Il remonta le plus vite possible, craignant d 'e^tre rattrape' par le flotvisqueux et enterr e' vivant. La mont e'e lui sembla infiniment plus longue que la descente : sa lampe,macule'e de ciment n'e'mettait plus qu'un faible halo et il ne pouvait voir le sommet du puits.Il atteignit enfin la trappe et la poussa, sans succ e`s. Avait-elle  e'te' ressoud e'e ? Il regarda avec inqui e'tudele flot qui continuait  a` monter rapidement vers lui et
Section prcdente : Chapitre III Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IV
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :