Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 058 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre IV Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre V

Chapitre IV

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  56  pas vent de l'affaire, sinon...Il resta un instant silencieux, puis :  -- Alors comme  c,a vous  e^tes pris d 'une enviesoudaine de visiter le sous-sol de Paris ? -- Je peux me justifier !-- Allez-y. Je suis curieux d'entendre votre version des faits.-- Je ne suis pas d 'accord avec l 'explication du meurtre d'hier soir telle que vous me l'avez donne'e. Ilest mate'riellement impossible a` un individu embusque' dans un tunnel de RER de tuer quelqu 'un choisi  a`l'avance. Les trains roulent trop vite : on n 'a absolument pas le temps de reconna i^tre leconducteur...  -- Sauf si le meurtrier connaissait les horaires destrains... -- Parce que vous avez d e'ja` vu les RER respecterles horaires aux heures de pointes ? -- Bon, admettons que vous ayez raison.-- Donc l 'hypothe`se du crime passionnel ne peut e^tre retenue.-- Si vous voulez, mais cela n 'explique toujours pas...-- J'y arrive, l 'interrompit Alain. Le meurtrier a donc choisi une victime au hasard. Il y a,  a` ce stade,deux hypoth e`ses plausibles : soit il s 'agit d 'un de'se'quilibre', soit le conducteur a vu quelque chosequ'il n'aurait pas du^ voir. Lorsque je suis retourne' sur les lieux du crime ce matin, j 'ai constat e' que desouvriers avaient construit un mur pendant la nuit. J 'ai pense' qu'il y avait peut-e^tre un passage derrie`re...-- Parce que vous y e^tes retourne' ce matin ?  -- Oui, en voyant les ouvriers au travail, j 'ai eupeur d'avoir de'truit un appareil important. -- Ce doute est tout  a` votre honneur. Maisrevenons a` votre histoire... -- J'ai song e' que l 'homme avait pu arriver par cepassage. De plus le bas de son corps  e'tait trempe', ce
Section prcdente : Chapitre IV Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre V
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :