Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 074 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre V Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VI

Chapitre V

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  72  -- Il suffit d'un peu de volonte'.-- Vous e^tes un sage ! -- Je peux vous retourner le compliment.-- N o n  !   J e   n e   s ui s   q u ' u n   v ie u x   f o u d'individualiste qui pre'fe`re prendre des risques plut o^tque d'abandonner sa tre`s che`re inde'pendance !  Alain sourit a` cette exage'ration. Il ouvrit sa porti e`reet descendit sur le trottoir ou` l'homme le rejoignit peu apre`s pour le conduire jusqu 'a` son appartement, situ e'au rez-de-chausse'e d'un immeuble moderne.  Au moment d'ouvrir la porte, il he'sita un peu :-- Euh... Je suis un peu d e'sordonne'. J 'ai une certaine honte  a` vous faire entrer. Cela fait assezlongtemps que je n'ai pas pris le temps de ranger.  -- Aucune importance, re'pondit Alain. Je suis moi-me^me assez bord e'lique. Je sais ce que c 'est ! Et puis ne dit-on pas qu 'e^tre trop ordonn e' est le signe d 'unesprit de'range' ?  -- Bonne re'ponse... Je m'en resservirai !L'homme passa devant lui et alluma la lumi e`re, de'voilant un spectacle digne des ruines de Pompei oud'Herculanum... Lorsqu 'il avait parl e'  d'un certain de'sordre, il  e'tait rest e' en dessous de la v e'rite' :  dansson cas il aurait mieux fallu parler d 'un d e'sordre certain. Des piles de dossiers poussi e'reuxs'appuyaient contre les murs, laissant juste un  e'troit passage l e'ge`rement sinueux. Il se dirigea vers lafene^tre et ouvrit les volets :  -- Quand je ne suis pas l a`, je ferme toujours. Monappartement est au rez-de-chauss e'e. Il faut  e^tre prudent. De nos jours ... Mais je manque  a` tous mesdevoirs : voulez-vous boire quelque chose ?  -- Non merci, r e'pondit Alain qui commen c,ait  a`piaffer d'impatience. L'homme le comprit sans doute :-- Ah ces jeunes, toujours presse's... -- Excusez-moi... Mais, vous savez, je travaillesur une affaire qui me tient terriblement a` coeur !
Section prcdente : Chapitre V Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VI
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :