Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 077 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre V Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VI

Chapitre V

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  75  l'homme. Alors que celui-ci achevait d 'ouvrir levolet, Alain fut aveugle' par un reflet provenant du toit de l'immeuble voisin. Il cligna des yeux et regarda  a`nouveau.  La`-bas, quelqu 'un  e'paulait un fusil  a` lunette endirection de l 'appartement. Alain voulut pr e'venir son compagnon mais n 'en eut pas le temps : avant m e^mequ'il n 'ouvre la bouche, le coup partit et la balle atteignit l'inge'nieur en pleine t e^te. Il s'immobilisa uninstant, comme surpris par ce qui lui arrivait, avant de tomber lourdement en arrie`re.Alain s 'e'tait, quant  a` lui, jet e' au sol, et bien lui en prit, car un second coup de feu fit voler la vitre ene'clats, la balle le manquant de peu. Il resta allong e' une bonne minute, sans faire le moindre mouvement,espe'rant que l'autre croirait l'avoir atteint. Rien ne se passa. Il se releva, toujours rien. On ne pouvait plusvoir personne sur le toit en face : le tireur avait lev e' le camp...Il ta^ta le pouls de l'inge'nieur. Plus d'espoir pour lui, il e'tait mort et bien mort. Alain reporta son attentionsur le carton de documents qu 'ils avaient remont e' de la cave. Il allait l 'ouvrir quand un bruit de pas venantdu couloir capta son attention. Quelqu 'un s 'arre^ta devant la porte de l'appartement et frappa :-- Monsieur Nardon ? Vous allez bien ? J 'ai entendu un dro^le de bruit. Monsieur Nardon ?On frappa encore. Alain ne voulait pas  e^tre m e^le'  a` cette nouvelle affaire, car, cette fois-ci, elle risquait delui co u^ter sa place ... Et de toutes fa c,ons il serait su^rement mis au courant pas ses coll e`gues. Il allaits'e'lancer par la fene^tre quand son regard tomba sur la caisse. Il se ravisa et s 'en saisit. Heureusement ellen'e'tait pas trop lourde...  Nanti des pre'cieux documents, il enjamba l'appui defene^tre et s'e'clipsa avec ce'le'rite'. Il n 'avait crois e' personne dans l 'immeuble. Iln'avait  e'te' vu en compagnie du mort qu 'a` la
Section prcdente : Chapitre V Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VI
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :