Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 098 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre VI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VII

Chapitre VI

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  96  bas : il n 'avait pas affaire  a` un amateur, mais  a` unlutteur entrai^ne'.  A` nouveau ils se mesur e`rent du regard. Cette fois-cice fut Alain l 'attaque'. L 'autre avait une force hercule'enne et Alain se retrouva ceintur e' et entra i^ne'vers le bord du toit. Il banda ses muscles et lan c,a ses deux coudes en arri e`re vers son assaillant qui le l a^chaaussito^t, pli e' en deux, les mains sur le ventre. Alain en profita pour l 'assommer d 'une manchette  a` lanuque : l'homme s'e'croula sans un cri... Mais le froid contact d 'un canon de revolver sur sa nuque vintdoucher la fiert e' de sa superbe victoire tandis qu 'une voix lui ordonnait :-- Reste calme, flic, ou je t 'envoie rejoindre un monde meilleur.La femme, il avait oubli e' la femme ... Elle n 'e'tait pas rest e'e sur le toit en face, mais les avaitsilencieusem ent r ejoints.  Ala in  se  m audit inte'rieurement de ne pas lui avoir pr e^te' plusd'attention.  -- Allez, poulet, les mains en l'air...Alain s'exe'cuta. -- Alors, flic, pr e^t  a` mourir ? demanda-t-elle avecun ricanement sadique... Alain ne r e'pondit rien : il  e'tait trop occup e'  a`chercher un moyen de se tirer du p e'trin dans lequel il e'tait plong e'. Ils  e'taient tous deux debout au bord dutoit. Si Alain se retournait vivement, il arriverait peute^tre  a` la pousser dans le vide. Bien s u^r, il avait defortes chances d 'y rester lui aussi, mais au moins Patricia pourrait-elle s 'e'chapper. La femme dit,comme s'il avait suivi le cours de ses pense'es :  -- N'y compte pas trop, sale flic. J 'ai de bonsre'flexes ! Et elle partit d'un grand rire stupide... Au grand  e'tonnement d'Alain, ce rire se mua en uncri de douleur de plus en plus lointain suivi d 'un bruit mou d'e'crasement. Il entendit la voix de Patricia :-- Tu peux te retourner, poulet, dit-elle, imitant
Section prcdente : Chapitre VI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VII
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :