Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 105 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre VII Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VIII

Chapitre VII

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  103  bain, un peu trop grand pour elle.Ses cheveux, encore humides mais soigneusement peigne's, ajoutaient encore  a` son charme, si cela  e'taitpossible.  -- Tu ne m 'as pas r e'pondu pour ton peignoir, dit-elle... Qui ne dit mot consent, alors ...  J'espe`re que j'ai bien fait ?-- Oui, re'pondit simplement Alain.  Il resta un moment  a` la contempler, sans mot dire,ne sachant comment rompre le silence qui s 'instaurait entre eux. Il sentit monter en lui un d e'sir presqueinsoutenable qu 'il h e'sita un instant  a` refouler ... Il la regarda droit dans les yeux pendant un long moment.Elle ne chercha pas  a`  e'viter son regard, bien au contraire. Alain se leva et vint a` sa rencontre. De pre`s,elle e'tait encore plus belle et l 'humidite' de sa peau la rendait plus que de'sirable.Alain se ressaisit :  'ce n 'e'tait pas le moment, vraiment pas', songea-t-il.-- C,a va mieux ? demanda-t-il d 'un ton qu 'il espe'rait assur e' mais qu 'il ne r e'ussit qu 'a` rendre unpeu rauque.  Devant le manque apparent de douceur dans la voixde son sauveur, elle parut de'c,ue... Ou du moins Alain se l'imagina-t-il.-- Beaucoup mieux merci, r e'pondit-elle. Des choses inte'ressantes ?-- Bof, des plans, encore des plans...  -- Rien qui justifie l'incendie de ma maison ?-- Apparemment rien, mais sans doute est-ce toi que l'on voulait assassiner.-- Pourtant, la femme...  -- Je sais bien, peut- e^tre voulait-elle s 'assurer quetu ne savais rien. De toute fac,on, elle a bien paye' pour tout c,a. Je me demande quand m e^me comment elle afait pour se libe'rer et appeler son complice...  -- Ou` l'avais-tu laisse'e ?-- Attache'e au radiateur de l'entre'e, pourquoi ?
Section prcdente : Chapitre VII Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre VIII
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :