Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 133 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre VIII Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IX

Chapitre VIII

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  131  et terni par le temps. Alain dirigea sa lampe vers lebas et s 'aperc,ut qu 'il foulait d 'innombrables ossements. Ils s 'e'taient sans doute r e'fugie's dans unancien charnier.  Alain frissonna  a` cette id e'e, mais les bruits de pasretentirent a` nouveau et ils durent e'teindre leur lampe, ce qui les plongea dans une obscurite' totale.Assis au milieu d 'ossements qui  e'taient peut- e^tre ceux de leurs anc e^tres, ils entendirent  a` nouveau lesvoix, beaucoup plus proches cette fois. Alain et Patricia se firent les plus petits possibles, osant  a`peine respirer, de peur de trahir leur pre'sence.  Les pas continue`rent a` se rapprocher et Alain estimaqu'un groupe de trois personnes s 'approchait d 'eux. Alain et Patricia s 'e'loigne`rent instinctivement del'entre'e de leur cachette, fr e'missant lorsque leurs pas faisaient e'clater quelque ossement ve'ne'rable.Peut-e^tre leurs pre'cautions furent-elles inutiles, mais ils ne se pos e`rent pas la question, soulag e's que lesautres soient passe's sans les remarquer.  Le bruit des pas d e'crut, jusqu 'a` devenir inaudible,mais ils attendirent avant de rallumer leur lampe dont la lumi e`re dissipa l 'obscurite' et les fantasmesmorbides qui s'y e'taient attache's.  La nuit leur avait fait perdre toute notion du temps.Patricia n 'avait pas de montre, et Alain avait perdu confiance dans les indications que lui fournissait lasienne. C 'est pourquoi ils d e'cide`rent de repartir sans attendre, de peur de manquer leur rendez-voussouterrain...  Alain regardait moins souvent sa carte, pr e'fe'rantrisquer de se perdre que de prendre plus de retard. Quelques minutes plus tard, ils arrive`rent enfin en vued'une double porte blinde'e.  -- Ce doit e^tre ici, murmura Alain.-- La porte est ferm e'e. Tu crois que nous avons manque' le rendez-vous ?-- Je ne sais...
Section prcdente : Chapitre VIII Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre IX
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :