Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 155 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI

Chapitre X

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  153  Elle resta un instant pensive, cherchant  a` rassemblerdes souvenirs qui s'e'taient enfuis depuis longtemps : -- Une fois, j 'e'tais venue avec mon p e`re et ildevait aller voir quelqu 'un a` l'e'tage supe'rieur. Je me souviens que nous  e'tions alle's prendre l 'ascenseur. Ily avait beaucoup de monde qui attendait...  -- Et alors ?-- Il avait ouvert une petite porte et nous avions de'bouche' dans un petit escalier un peu crasseux. Ilm'a dit  'personne ne passe plus par l a`, mais pour un e'tage'...-- Cette porte, elle  e'tait juste  a`  co^te' des ascenseurs ?-- Il me semble que oui...  -- Alors, direction les ascenseurs, ordonna-t-il avecdouceur. Ils rebrouss e`rent chemin lentement, en  e'vitanttoujours de faire le moindre bruit, pr e'caution inutile sans doute puisque la section semblait totalementde'serte.  Comme Patricia l 'avait pre'dit, une petite porte, quiressemblait plus a` celle d'un placard qu'a` autre chose, s'ouvrait  a` la droite d 'un des ascenseurs. Alain enactionna la poign e'e qui accepta de tourner sans bruit, leur livrant acce`s a` une cage d'escalier obscure.Alain reprit sa lampe torche et  e'claira les marches poussie'reuses qui montaient vers le ciel,  a`  l'infinisemblait-il...  Une nouvelle fois ils s 'arre^te`rent pour e'couter, maisseul le silence leur r e'pondit. Ils s 'avance`rent sur le pallier, laissant la porte se refermer sur eux. Seule lalueur jaun a^tre de la torche les  e'clairait  a` pr e'sent, faible tache de lumi e`re dans un oc e'an d 'ombresmenac,antes et myste'rieuses.  Alain crut entendre un bruit : il fit signe  a` Patriciade se taire tout en  e'teignant sa lampe. Il avait du se tromper car la tour demeura lugubrement silencieuse.Par acquis de conscience il rouvrit la porte pour
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :