Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 159 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI

Chapitre X

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  157  sans toutefois s 'ouvrir. Alain lui lan c,a un vigoureuxcoup de pied qui e u^t raison de sa r e'sistance. Il s'avanc,a a` ta^tons tout en commentant sa victoire :-- Encore une qui a cru pouvoir me re'sist...  Sa phrase se mua en un appel de d e'tresse lorsqu 'ilsentit le sol se de'rober sous ses pieds. -- Alain ? Interrogea la voix inquie`te de Patricia.Un grognement lui re'pondit. Puis : -- J'ai du me gourer en comptant les  e'tages, c 'estle vide en dessous. J 'ai juste eu le temps de me raccrocher au chambranle. Aide-moi...Patricia se rapprocha avec pr e'cautions et l 'aida  a` reprendre pied.-- Ouf ! souffla-t-il lorsqu 'il fut de retour  a`  co^te' d'elle. J 'ai bien cru faire un vol plan e' de centme`tres...  -- Peut-e^tre moins que  c,a... On a tr e`s bien pumonter trop haut et d e'passer la sixi e`me section. D'apre`s toi ?-- Je ne sais pas trop, avoua Alain. Attends...  Alain fouilla dans ses poches  a` la recherche d 'unepie`ce de monnaie. -- Que fais-tu ? demanda Patricia, curieuse.-- Je vais lancer une pi e`ce par la porte, d 'apre`s le bruit on saura a` peu pre`s ou` on est.Alain s 'exe'cuta et resta silencieux comptant les secondes. Le faible tintement de la chute leur parvintde'forme' par les  e'tranges  e'chos de ces pi e`ces aux dimensions colossales.-- Un peu plus de quatre secondes ... C,a fait entre cent vingt et cent cinquante m e`tres. On doit  e^tre justeen dessous de la sixie`me section.  -- Sauf s'il n'y a aucune se'paration entre la cinq etla six... -- C,a m 'e'tonnerait ! De toute fa c,on autantcontinuer a` monter. Ce qu 'ils firent.  A` chaque pallier Alain s 'arre^taitpour tester les portes qu 'il trouvait toujours ferm e'es.
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :