Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Si vous désirez une version papier, elle est disponible via Amazon !

Babel - page 161 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI

Chapitre X

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  159  Alain consulta sa montre avant de re'pondre :-- Une demi-heure a` tout casser... -- Seulement ?-- Seulement ! On va tout de suite rappeler Marc pour savoir ce qui se passe.Passant de salle en salle  a` la recherche d 'une prise, Patricia et Alain finirent par d e'boucher dans une sallepanoramique situ e'e sur le flanc ouest de la tour. Contrairement a` ce qu'ils avaient vu jusque-la`, la sallee'tait de dimensions modestes, et, loin d 'e^tre d e'serte comme les pr e'ce'dentes, recelait une quantit e'incroyable de ve'ge'taux en tous genres.  Patricia se pre'cipita vers la baie vitre'e suivie de pre`spar Alain. A` travers l'e'paisse vitre le'ge`rement fume'e, Paris s 'offrait  a` eux sous son voile, tel un colossalchapiteau de cirque. Mais le voile n 'e'tait pas tendu, bien au contraire, il formait une demie sph e`remouvante au gr e' des vents. Il battait comme un gigantesque c oeur et fr e'missait sous les caressesd'E'ole comme le sein d'une femme...  Plus loin, au-del a` du voile, l 'atmosphe`re  e'tait plussombre : un air lourd et pollu e', charg e' de fum e'es nocives recouvrait le sol de son  e'pais manteaugrisa^tre. Plus lourd, beaucoup plus lourd que l 'air, le vrai, il ne parvenait pas a` gravir le do^me du voile.La`-bas, a` l'horizon, on aurait dit une co^te dantesque, aux eaux noir a^tres et sirupeuses mourant sur uneplage aux reliefs mouvants...  La nuit  e'tait presque tomb e'e, le ciel rougeoyaitencore  a`  l'horizon et, sous le voile translucide, les rues s'illuminaient, quartier par quartier, dessinant unplan ge'ant de la capitale.  Tout semblait si calme, si paisible. Et pourtant !Alain avait pose' son bras sur les e'paules de Patricia. Elle l 'avait enserr e' par la taille. Ils  e'taient bien,presque heureux malgr e' les  e've'nements qui se pre'paraient.Alain la regarda, la serrant tendrement dans ses
Section prcdente : Chapitre X Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XI
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :