Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 167 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre XI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XII

Chapitre XI

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  165  me^me...Stupeur ! Alors qu 'il s 'attendait  a` fournir un effort d'autant plus e'leve' que son ankylose e'tait grande, il seredressa sans peine, d e'collant m e^me de quelques centime`tres au-dessus du plancher. Tout se passaitcomme si leurs forces s 'e'taient trouv e'es d e'cuple'es pendant leur inconscience.-- La gravit e', murmura Alain. Elle est plus faible...La surprise qu'il ressentit a` cette constatation chassa quasi-miraculeusement les lambeaux brumeuxd'inconscience qui obscurcissaient encore son cerveau.Reprenant pleinement l 'usage de son intelligence et de ses sens, il de'clara d'un ton cate'gorique :-- C'est  e'trange, nous ne sommes plus dans la me^me pie`ce.-- Hein ?  re'pondit Patricia qui, elle, n 'avait pas encore repris tous ses esprits. Tu r e^ves, c'est toujoursles me^mes plantes...  Les plantes e'taient bien les me^mes, mais la pie`ce...-- C'est toi qui r e^ves, o u` est pass e'e la baie vitr e'e qui e'tait au fond de la salle ?Patricia regarda dans la direction que lui montrait Alain. Effectivement il n 'y avait qu 'un mur nu etblanc. Elle pivota sur ses talons, regardant de tous les co^te's. Rien ! Elle fit quelques pas un peu h e'sitants etsursauta en entendant le son de ses chaussures sur le sol. Vivement, elle porta les yeux vers le bas : ellemarchait sur une vitre noire et lisse...  -- Elle est l a` ta baie vitr e'e, dit-elle, se raccrochantinstinctivement  a` un des montants m e'talliques qui traversaient la pi e`ce, apeur e'e sans doute par l 'ide'eque le poids de son corps allait lui faire traverser la fragile pellicule de verre.Alain acquiesc,a en un hochement de te^te.  -- La tour a du tomber sur le c o^te'... On a de lachance d'e^tre encore vivants...
Section prcdente : Chapitre XI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XII
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :