Accueil > Divers (et d’été) > Babel - Un (mauvais) roman de mon ami Luc > 00.02. Babel - Lire le roman en ligne

00.02. Babel - Lire le roman en ligne

lundi 12 mai 2008, par Luc de Bauprois

Pour aller de page en page sans devoir tout télécharger...

Babel - page 171 - Courbis, acteur de l'Internet depuis 1988
Section prcdente : Chapitre XI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XII

Chapitre XI

(c) Courbis www.courbis.fr   Fichier pdf disponible sur http://www.courbis.comRedistribution/mirroring strictement interdits  Version 3.02  http:  //ww  w.co  urbis  .com  169  comme un chat frileux et ca^lin.Ils continu e`rent  a` se caresser, et leurs caresses, de plus en plus appuy e'es, de tendres devinrente'rotiques...  Alain sentit monter en lui un d e'sir de plus en plusfort. Dans ses bras, Patricia s 'e'tait faite diablesse, lui mordant tendrement le cou tout en lui griffant le dos.Il la prit par les hanches et la souleva lentement, avant de la reposer sur sa m a^le virilit e' tendue audevant de lui comme la ba i'onnette d 'un soldat montant a` l'assaut...Elle poussa un feulement rauque lorsqu 'Alain se faufila en elle et continua  a`  ge'mir de plaisir tandisqu'il allait et venait entre ses reins.  Pendant des minutes qui dur e`rent une  e'ternite', ilscontinue`rent ainsi  a` se poss e'der l 'un l 'autre, jusqu 'a` ce que le plaisir  e'clate en eux, tourbillon dejouissance presque insupportable...  E'puise's, ils roule`rent au sol, toujours unis, sombrantdoucement dans une douce torpeur qui les engourdissait lentement.Ils se tenaient serre's l'un l'autre, rien n'aurait pu les se'parer... Ils rest e`rent ainsi, sans bouger, sansprononcer le moindre mot. Ils ne pensaient qu 'au plaisir qu'ils venaient de vivre. A` rien d'autre...-- Je t'aime, lui dit simplement Alain.  Elle leva vers lui un regard tendre :-- Moi aussi, re'pondit-elle un peu gauchement. Et elle reposa sa te^te contre lui, continuant a` profiterde sa pre'sence. Alain, quant  a` lui, avait repris conscience de ce quil'entourait. Il  e'tait aux aguets, craignant d 'e^tre de'couvert...Tout  a` coup il crut entendre un bruit. Il  e'carta Patricia de lui :-- Patricia, dit-il doucement.  -- Oui ?-- J'ai entendu quelque chose...
Section prcdente : Chapitre XI Page prcdente Sommaire Page suivante Section suivante : Chapitre XII
© Courbis 1988-2010
Tous droits réservés
Permalien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les spams donneront systématiquement lieu à dépôt de plainte. Les messages peu aimables ou comportant trop de fautes d'orthographe seront purement et simplement supprimés sans publication.
ipv6 ready ipv6 test
Suivre ce site :
Recommander cette page :
Bookmark and Share
Traduire :